l effondrement scientifique de la theorie de l evolution

18 octobre 2012

DEBAT DU SIECLE: DEBAT SUR LA THEORIE DE L'EVOLUTION A PARIS!

28 Octobre 2012         

15 :30 -18 :00

 

1)    La Théorie de l’Evolution est-elle compatible avec  la Science ?

2)    La Théorie de l’Evolution est-elle compatible avec la Bible ?

3)    La Théorie de l’Evolution est-elle compatible avec le Coran ?

 

Intervenants :

Croyants antiévolutionnistes :

Dr Oktar BABUNA (Neurochirurgien et de confession musulmane),

Dominique TASSOT (Ingénieur des Mines de Paris et de confession catholique),

 

Croyants évolutionnistes

Pr NidhalGuessoum (Astrophysicien et de confession musulmane),

Jean Staune (Philosophe des Sciences et de confession catholique),

 

Invités

Professeur Pierre Rabishong (antiévolutionniste, neurologue et biomécanique de l’homme)

Professeur Marc Godinot  (évolutionniste, paléontologue)

 

ASN France (Association Sciences de la Nature)

UIP (Université Interdisciplinaire de Paris)

Oumma TV

MAISON DE LA CHIMIE (01 40 62 27 00)

« Petit Amphithéâtre » (220 places)

28 rue Saint Dominique, 75007Paris (Métro « LES INVALIDES »)

info@asn-france.fr / tel : 06 27 05 33 12

 

Accès  libre sous condition de pré-inscription par mail ou téléphone.

 

Posté par zulfikar à 15:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 août 2011

Le lait maternel et l'hormone prolactine

Le lait maternel est l’un des innombrables miracles qu’Allah a créé. Sa composition contient l’ensemble des éléments nutritifs essentiels au développement du nouveau-né. De plus, sa composition varie en fonction de l’évolution des besoins nécessaires à la croissance du bébé. Les fabricants de cette substance, dont les scientifiques sont incapables de fabriquer un équivalent dans leurs laboratoires, sont des cellules spécifiques localisées dans le sein maternel. Ces cellules détiennent la formule inégalable du lait maternel. Elles savent exactement quand commencer la production et quand modifier la composition du fluide qu’elles produisent. 

Figure 13 : Les hormones impliquées dans la production du lait maternel travaillent exactement comme des techniciens et ouvriers consciencieux et compétents dans une usine. Chaque détail est une manifestation de la Science infinie et de la Sagesse d’Allah.

Sur ce, comment se déclenche la production du lait maternel ? Et comment est-elle contrôlée ? Il suit que, de nombreux miracles de la création se cachent à travers les réponses à ces questions. Les systèmes nerveux et hormonal coopèrent tous les deux dans la production du lait maternel qui est lui-même le fruit d’un système parfait d’organisation et de flux d’informations (Figure 13). 

Une hormone très spéciale active les glandes mammaires situées dans le sein maternel. Cette hormone est la prolactine et est secrétée par la glande pituitaire. 

Cependant, au début de la grossesse, un certain nombre de facteurs limitent la production de la prolactine. Nous pouvons comparer leur fonction à celle de la pression exercée sur une pédale de frein lors d’un mouvement de descente d’une voiture. La tendance de la voiture est de continuer à descendre librement mais cela ne lui est pas possible tant que la pédale de frein est actionnée. De même dans le corps humain, la production de lait est ainsi inhibée. 

Figure 14, 15 : La PIH accélère ou ralentit la synthèse de la prolactine, selon le besoin. La production de lait est ainsi empêchée durant les premiers mois de la grossesse. Ce système n’est bien sûr pas le résultat d’une conception à laquelle les hormones auraient pensé par elles-mêmes. C’est Allah qui crée tous ces détails sans la moindre imperfection.

Stopper la production de prolactine relève d’une décision très sage. En effet, il n’y a aucune raison à ce qu’une mère se mettre à produire du lait maternel avant que son bébé ne vienne au monde. Par conséquent, comment cette « pédale de frein » en question fonctionne-t-elle ? Comment se fait-il que la prolactine ne soit pas secrétée plus tôt que nécessaire ? C’est bien ici qu’entre en action un système parfait. L’hypothalamus, région située dans le cerveau de la mère, sécrète une hormone qui inhibe la production de prolactine. Cette hormone, connue sous le nom de PIH (Hormone Inhibitrice de Prolactine), limite la synthèse de prolactine, mettant ainsi un frein à sa sécrétion. Comment cette pédale de frein est-elle relâchée ? Une hormone connue sous le nom d’œstrogène, de formule chimique C18H24O2, est produite durant la grossesse. Celle-ci permet alors à l’hypothalamus de sécréter la PIH (Figure 14, 15). La sécrétion d’œstrogènes diminue avec la naissance du bébé, ce qui en retour permet une diminution proportionnelle de la PIH. Ce procédé ressemble au « frein » que l’on soulève lentement (Figure 16) et qui permet d’augmenter graduellement la synthèse de la prolactine, stimulant ainsi la production du lait maternel par les glandes mammaires. 

Figure 16 : Après la naissance du bébé, la synthèse d’œstrogènes diminue, ce qui a pour conséquence la diminution de la PIH. Ce procédé ressemble au mouvement instantané de descente d’une voiture qui s’enclenche lentement au fur et à mesure que vous soulevez votre pied de la pédale de frein. De même, lorsque la synthèse de la prolactine augmente graduellement, cela actionne les glandes mammaires qui vont alors se mettre à  produire le lait maternel.

Ce que nous observons ici n’est qu’une merveille de la création. Grâce à ce concept, la production de lait est suspendue durant les premiers mois de la grossesse. Examinons maintenant quelques questions que soulève ce système dans son ensemble : 

Comment les cellules productrices de prolactine reconnaissent-elles les glandes mammaires ? Par quelle intelligence et conscience donnent-elles les ordres adéquats aux cellules responsables de la production du lait ? 

Comment se fait-il que ces hormones (PIH) empêchent la synthèse de la prolactine avant la naissance ? Comment savent-elles que le lait n’a pas encore besoin d’être sécrété à ce moment-là et qu’elles doivent attendre encore un peu pour ça ? 

Comment ces hormones (PIH) ont-elles appris que la prolactine stimule la production de lait en premier lieu ? Et comment ont-elles appris que la synthèse de prolactine doit être freinée pour empêcher la production de lait ? 

La réponse tient du fait que c’est Allah, le Seigneur de l’Univers, qui crée tout ce système miraculeux. Toute chose agit sous Son inspiration.

Posté par zulfikar à 01:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La gaine de myéline : une substance isolante spéciale

 

Les fibres nerveuses qui transmettent des messages depuis le cerveau aux muscles et aux autres organes, lesquels retransmettent ces messages au cerveau sont couvertes d’une matière grasse, connue sous le nom de myéline. Ceci permet non seulement de protéger les fibres nerveuses, mais aussi de les assister dans la transmission des signaux électriques.

La myéline fonctionne comme le plastique non-conducteur autour des fils électriques, qui les isole de sorte qu’une personne qui les touche ne subit pas de dommage. Cela permet en même temps qu’il n’y ait pas de fuite de courant qui causerait une perte d’énergie. Si la myéline n’existait pas, les signaux électriques fuiraient dans les tissus environnants et donc diluerait le signal et probablement nuirait au corps. De plus, cette substance isolante augmente la conductibilité de manière significative, et permet donc au signal d’avancer plus vite.

Alors que les fibres qui ne sont pas couvertes de myéline transmettent les signaux avec une vitesse de 1 à 2 mètres par seconde, les signaux couverts de myéline les transmettent à une vitesse de 100 mètres par seconde. (1)

Les fibres nerveuses couvertes de myéline transmettent les signaux depuis nos organes sensoriels au cerveau et depuis le cerveau et la moelle épinière aux muscles volontaires. Nos actions qui sont sous notre contrôle sont si rapides et automatiques qu’il nous semble que les muscles se contractent dès que la pensée se produit dans notre cerveau. La raison pour laquelle nos mouvements suivent si vite nos perceptions, sans nous demander de faire un effort conscient, est que la transmission nerveuse a lieu à une vitesse atteignant les 390 km à l’heure. (2)

Cette vitesse dans les nerfs sciatiques, lesquels mesurent 1 mètre dans nos jambes, est de 467 km à l’heure. (3)

Dans certains cas, le minutage des signaux atteint une précision extraordinaire. Alors que vous parlez, pour que vous puissiez distinguer la prononciation de la lettre "b" de celle de la lettre "p", vos lèvres doivent s'ouvrir 1/30.000ième de seconde avant la vibration de vos cordes vocales. Par conséquent, vous ne confondez pas la lettre "p" avec la lettre "b", dont la prononciation est le résultat de l'ouverture de vos lèvres et la vibration de vos cordes vocales qui se produisent de manière simultanée. En d'autres mots, nous devons notre habilité à distinguer les mots "pierre" et "bière" à un délai aussi court que 1/30.000ième de seconde. (4) Cette distinction est d'une grande importance pour la communication. Cependant, puisque le cerveau gère ce laps de temps lui-même, il n'est pas nécessaire pour vous d'y penser. Lorsque le signal pour vocaliser les lettres "p" ou "b" se produit dans vos pensées, tous ces événements ont lieu successivement, l'un après l'autre.

Pour mieux comprendre l'importance de la gaine de myéline, considérez la sclérose en plaques (SEP). La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique caractérisée par la destruction progressive de l’enveloppe protectrice des nerfs du cerveau et de la moelle épinière qui transportent les messages. Aux endroits où l'enveloppe protectrice est abîmée, des tissus endurcis appelés "sclérose" apparaissent. Ces tissus durcis peuvent se former dans de nombreux endroits dans le système nerveux et donc conduire à la formation de certaines défectuosités en empêchant la transmission des signaux le long des nerfs ainsi que la communication entre le cerveau et d'autres organes. Chez l'individu qui souffre de cette maladie, la gaine de myéline est abîmée et de la même manière que des trous se forment sur un câble qui isole les fils électriques, des cavités peuvent apparaître sur la gaine de myéline. Et ces cavités causent des interruptions dans la transmission des messages.

Lorsque vous enlevez l'un des dominos dans l’alignement, la chute successive des dominos sera interrompue à l’endroit de ce vide. De la même manière, une gaine de myéline endommagée provoque une interruption dans la transmission des influx nerveux. L'effet d'un domino manquant peut être comparé à celui des dommages neuronaux ou spinaux graves. Les influx nerveux ne peuvent pas être transmis tant que ces dommages ne sont pas réparés.

Parmi les symptômes de la Sclérose en Plaques (SEP), il y a une fatigue extrême, un engourdissement et des picotements, la perte de sensation, des problèmes d'équilibre, une difficulté à parler et à avaler, des tremblements, de la rigidité ou des spasmes musculaires aux bras et aux jambes, l'asthénie, des troubles de la vue, l'hypersensibilité à la chaleur, des troubles cognitifs (par exemple une perte de mémoire, des difficultés à juger et à décider).

Ces symptômes peuvent dépendre de la zone endommagée. Par exemple, comme le cerveau contrôle la réflexion et le mouvement, un dégât ayant lieu dans cette zone peut affecter plusieurs fonctions – la mémoire, la compréhension, le caractère, le toucher, l'audition, la vue et la force musculaire.

Lorsque le dégât a lieu au cervelet qui se trouve derrière le cerveau, en affectant la coordination, il conduit à la perte d'équilibre pendant le marche ou la course. Il peut causer l'impuissance dans les nerfs concernant la vision, le parler, l'avalement et l'audition.

Un tel dégât qui se forme dans le tronc cérébral peut provoquer des défauts de fonctionnement concernant les mouvements des yeux, la respiration, le rythme cardiaque, la transpiration et le système excréteur.

Lorsque le dégât se produit à la colonne vertébrale, il engendre une perte de communication entre le corps et le cerveau. De plus, les signaux du cerveau concernant les jambes, les mains et les autres organes sont stoppés, ils ne peuvent donc atteindre leurs destinations.

Dans les cas avancés, la maladie peut conduire à la paralysie totale ou partielle. En bref, cette maladie est un exemple significatif montrant l'importance de la gaine de myéline.

C’est Lui Qui a bien fait tout ce qu'Il a créé. Et Il a commencé la création de l'homme à partir de l'argile, puis Il tira sa descendance d'une goutte d'eau vile [le sperme] ; puis Il lui donna sa forme parfaite et lui insuffla de Son Esprit. Et Il vous a assigné l'ouïe, les yeux et le cœur. Que vous êtes peu reconnaissants ! (Sourate as-Sajda, 7-9)

 

[1] Ian Glynn, An Anatomy of Thought: The Origin and Machinery of the Mind, New York: Oxford University Press, 1999, p. 115.

[2] Greenfield, Op. cit.. p. 74.

[3] “The Incredible Machine,” p. 265.

[4] Schroeder, Op. cit.., p. 90.

Posté par zulfikar à 01:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 août 2011

Les cellules qui produisent leur propre énergie

Les cellules qui produisent leur propre énergie

Votre corps fonctionne avec l’électricité. Cependant, votre corps ne reçoit pas de l’électricité de l’extérieur comme les systèmes électroniques que nous voyons autour de nous.

Considérez un appareil électrique. Pour qu’il fonctionne, il faut qu’il y ait un courant électrique depuis une source extérieure à cet appareil, ou bien il faut fournir cette énergie par l’intermédiaire des piles. Autrement, en l’absence de l’énergie électrique, même la machine la plus avancée ne fonctionnera pas. Cependant, différemment de tous ces systèmes, votre corps produit l’énergie dont il a besoin. Des trillions de cellules produisent l’électricité pour continuer à vivre et elles l’utilisent.

Chaque cellule est comme une pile miniature qui permet au corps de fonctionner. Le liquide à l’intérieur de la cellule est du sodium et le liquide à l’extérieur de la cellule est du potassium. Lorsque vous mélangez le sodium et le potassium, les deux minéraux réagissent et une sorte de courant électrique se produit. En conséquence de cette réaction, de l’électricité émerge comme étant un produit dérivé. Ceci est analogue à l'électricité produite par une batterie de voiture quand l'acide sulfurique et le plomb entrent en contact. De la même manière que les appareils tels que les radios, les lecteurs de cassettes, les lampes de poche, les horloges etc. peuvent fonctionner avec l'énergie qu'ils obtiennent des piles, aucune voiture ne peut fonctionner sans l'énergie stockée dans sa batterie. Parce que les piles domestiques et les batteries utilisent l'énergie chimique pour produire des petits courants électriques.

L’électricité utilisée par le corps est appelée bioélectricité. C’est l’échange cellulaire des particules chargées négativement et positivement, que l’on nomme ions. Par exemple, lorsque le potassium est libéré à l’extérieur de la membrane cellulaire et qu’il est remplacé par le sodium, un petit courant électrique se produit. Lorsque le courant électrique passe, le potassium est envoyé à l’intérieur de la cellule alors que le sodium est envoyé à l’extérieur de la cellule. Selon la déclaration de l’un des experts les plus connus dans le domaine de la santé  et de l’alimentation, le Dr. Lendon Smith: “De cette manière les cellules fonctionnent comme de petites piles avec leur propre courant électromagnétique.”

LA CONCEPTION SPECIALE DE LA MEMBRANE CELLULAIRE POUR LA PRODUCTION DE L’ELECTRICITE

L’électricité dans vos cellules se produit grâce au courant des ions (des atomes ou molécules chargés électriquement). Lors du mouvement des ions, les cellules produisent l’énergie de leur énergie potentielle qui est prête à être utilisée. Ceci est analogue à l’eau dans un barrage qui produit de l’électricité en passant par la station hydroélectrique.

Dans les cellules, l’électricité est produite de cette façon : dans toutes les cellules, il y a une différence de voltage électrique le long de la membrane cellulaire. Cette différence de voltage cause la formation d’un courant électrique appelé « le potentiel électrique ». Ce potentiel électrique est également appelé "le potentiel de repos" qui est d’environ 50 millivolts. Toutes les cellules utilisent cette énergie potentielle afin d’accomplir leurs activités dans la cellule. Pourtant, les cellules nerveuses et musculaires utilisent aussi cette même énergie pour des tâches physiologiques. Grâce à ce courant dans les cellules musculaires la contraction a lieu, ce courant permet la transmission des signaux par les cellules nerveuses.

Dans la membrane cellulaire, il y a des canaux qui ne permettent qu’à certains ions de passer par l’intermédiaire de ces canaux, les ions sont envoyés à l’intérieur ou à l’extérieur de la cellule. Avec le mouvement des particules chargées positivement ou négativement, un déséquilibre entre l’intérieur et l’extérieur de la cellule apparaît. La différence entre les liquides qui sont à l’intérieur et à l’extérieur de la cellule, produit un flux d’ions jusqu’à ce que l’équilibre soit rétabli. La membrane cellulaire qui sépare le protoplasme dans la cellule de l’environnement extérieur, a une structure semi-perméable qui permet à certains ions de passer, alors qu’elle en empêche d’autres. Par conséquent lorsque la cellule a besoin de l’électricité, la seule chose qu’elle doit faire est d’ouvrir l’un de ces canaux pour compléter le circuit électrique.

Les canaux dans la membrane cellulaire fonctionnent comme un agent de sécurité permettant à certains ions de passer et bloquant le passage à d’autres. Ce sont des actions qui exigent une conscience parce qu’il n’y a pas de passage aléatoireici. Il est impossible pour des masses de molécules inconscientes de se charger toutes seules de telles responsabilités. Tout cela nous montre un fait renié par les évolutionnistes : La création consciencieuse.

Dans le neurone (la cellule nerveuse) il y a un équilibre parfait formé par les ions, à savoir les atomes chargés électriquement. Les ions qui assument des responsabilités importantes dans les neurones sont le potassium (K+) et le sodium (Na +) qui ont une charge positive, le calcium ayant deux charges positives, et les ions chlorure avec une charge négative. Au repos, le neurone est chargé négativement. Dans cette situation, il existe des protéines chargées négativement et des ions divers dans la cellule nerveuse. A l’intérieur du neurone, il y a plus d’ions potassium qu’à l’extérieur, et moins d’ions chlorure et sodium. L’équilibre des ions dans la cellule a été créé spécialement pour permettre la transmission des courants électriques et des signaux.

Le message qui arrive sous forme de signal électrique, et qui est déposé aux récepteurs dans la membrane des cellules réceptrices, initie une série de processus dans la cellule qui fait penser à une rangée de dominos. Ces processus ont lieu l’un après l’autre dans un ordre parfait, conduisant à l’ouverture des canaux précis dans la membrane cellulaire. De cette façon, après que les ions sodium entrent dans la cellule, la cellule qui était chargé négativement au début (-70 millivolts) est neutralisée. Le transfert d’ions entre l’extérieur et l’intérieur de la cellule produit un nouveau signal électrique. La cellule nerveuse qui transfère le message et qui donc accomplit sa mission, retourne à la position de repos. Ce passage a lieu avec l’ouverture et la fermeture des canaux sodiques et potassiques en moins de 1/1000ème de seconde.

Ces processus qui ont été expliqués en étant simplifiés plus que possible, contiennent des phases extrêmement complexes. Si la production de l’électricité dans une seule cellule avait été laissée à votre contrôle, vous devriez contrôler l’ouverture et la fermeture des canaux et assurer l’équilibre des ions, dans un délai plus court que 1/1000ème de seconde. Néanmoins, bien entendu il serait impossible pour vous d’établir un tel équilibre, ni de guider ou contrôler un système qui fonctionne si rapidement. Cependant, ce système continue dans vos billions de cellules même lorsque vous dormez !

Quelle est la quantité d’électricité produite dans le corps ? La différence entre les charges qui sont à l’intérieur et à l’extérieur de la cellule est d’environ 50 millivolts. Selon les calculs du Professeur Steven M. Simasko de l’Université de l’Etat de Washington, si toute l’énergie produite par les trillions cellules du corps était additionnée, elle suffirait à allumer une ampoule de 40 watts.

Certaines cellules produisent plus d’électricité que les autres. La quantité produite dépend des missions de la cellule et de l’objectif pour lequel le courant électrique est utilisé. Par exemple, les cellules nerveuses doivent produire de grandes quantités d’énergie parce qu’elles transmettent leurs messages sur de longues distances. D’une manière extraordinaire, les cellules se comportent comme si elles étaient conscientes de l’importance des tâches qu’elles accomplissent, et de combien d’énergie elles auront besoin. Elles calculent cela parfaitement et s'acquittent de cette responsabilité sans interruptionau cours de toute une vie, c’est une autre preuve que la production d'électricité a lieu de manière consciente.

Ceci est l’une des conditions qui nous permet de vivre. Par exemple, si vos cellules cardiaques produisaient moins d’énergie que ce qu’elles produisent actuellement, le cœur ne pourrait pas accomplir le processus de pompage (dont les détails seront examinés plus tard), donc le sang ne pourrait pas transporter de l’oxygène et des nutriments à toutes vos cellules, et un danger mortel pourrait en résulter. Mais comme vous l’avez vu, en plus de la création parfaite de notre corps, chaque détail dans son fonctionnement aussi est une preuve d’une sagesse exceptionnelle.

Même le fait qu’une cellule dans n’importe quelle partie du corps perde seulement son potentiel électrique, rompra la connexion de la cellule avec le système nerveux et la laissera sans direction précise. Dans le cas où les cellules du centre visuel perdent leurs caractéristiques électriques ou bien s’il n’y a pas de portes de voltage dans les membranes cellulaires, alors il sera impossible de recevoir les signaux transmis par la rétine et l’individu ne pourra plus voir. De ce point de vue, du fait que chaque détail se trouve dans le corps humain, on découvre de très nombreuses sagesses que l’on arrive à comprendre que récemment.

Alors, comment les systèmes extrêmement complexes dans chacune de vos billions de cellules nerveuses sont-ils apparus ? Comment cette harmonie stupéfiante parmi ces cellules s’est-elle réalisée ?

Comment une communication si parfaite a-t-elle été établie sans causer la moindre confusion ? Comment ce système qui dépend des équilibres et des minutages extraordinairement sensibles  peut-il continuer à fonctionner sans faire aucune erreur ? 

Il est assez naturel que tant de questions qui commencent par le mot "Comment" viennent à l'esprit. Ce qui est particulier ici, c'est la situation de certains scientifiques qui cherchent en vain à défendre la théorie de l'évolution, qui maintient que les systèmes parfaits susmentionnés étaient apparus comme le résultat de coïncidences aveugles. Les évolutionnistes qui essaient d’expliquer l’origine de la vie avec une "première cellule" fictive et des coïncidences (un scénario que même le mot impossible ne suffirait pas à expliquer), n'ont aucune réponse à donner aux questions ci-dessus.

Il n’y a aucun doute qu’il existe une seule explication pour des mécanismes si parfaits : c’est Allah, le Seigneur des mondes, Qui a créé les cellules à partir de rien. Notre Seigneur, le Créateur de tout règle les activités à l’intérieur de la cellule et les systèmes de communications entre les cellules, jusqu’au moindre détail.

C'est Lui Allah, le Créateur, Celui Qui donne un commencement à toute chose, le Formateur. A Lui les plus beaux noms. Tout ce qui est dans les cieux et la terre Le glorifie. Et c'est Lui le Puissant, le Sage.(Sourate al-Hashr, 24)

Posté par zulfikar à 01:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Saviez-vous que les membres perdus des salamandres sont remplacés ?

Saviez-vous que les membres perdus des salamandres sont remplacés ?

Qui ne sait pas que les salamandres ont la particularité de pouvoir régénérer des parties perdues ou blessées de leur corps ? Tout comme le lézard peut perdre sa queue et la voir repousser, la salamandre peut, elle aussi, se retrouver avec des membres de son corps repoussés si ces derniers ont été perdus ou blessés.

Ce phénomène dans la nature, est appelé régénération. La régénération est un trait propre à certains tissus chez les êtres vivants. La régénération périodique des cellules de la peau et du sang ainsi que les parties lésées du foie peuvent être citées comme exemples. Cependant, tout cela est limité à certaines parties du corps. Le membre d'une salamandre est entièrement formé en 40 jours environ. En outre l'os se développe à sa longueur et à sa structure initiale. Les nerfs, les muscles, la peau, l'os, la répartition des veines, en bref tous les tissus prennent leur forme d'origine intacte.

Blastème, "programmation en arrière"

De récentes expériences montrent que dans un espace limité,, les cellules se programment vers l'arrière peu de temps après la perte du membre. C'est-à-dire que les cellules acquièrent dans cette région des traits semblables aux cellules souches.

Les tissus qui formeront l’os ainsi que le tissu conjonctif, le muscle et le nouveau membre, acquièrent une nouvelle structure. Cet amas de cellules essentiel à la régénération, est appelé "blastème".

La présence des nerfs est essentielle

La présence des nerfs dans les membres de la salamandre est essentielle pour la régénération. Cette dernière serait impossible sans ces nerfs.

Cependant, quelque chose d’étonnant ce produit à ce niveau-là, en effet si le nerf principal d’un membre du corps de la salamandre est chirurgicalement enlevé et relié à une plaie près du membre concerné, un nouveau membre se développe à ce niveau.

Les cellules agissent comme si elles étaient conscientes de la bonne direction

Ce mécanisme parfait, sans défauts et inexpliqué par les scientifiques les a amenés à faire des expériences supplémentaires pour mieux comprendre le processus de régénération..

L’une de ces expériences consiste à attacher le membre régénéré dans le sens opposé, par exemple sur le dos de l’animal. Peu de temps après le membre est coupé à un niveau quelconque et chacun des morceaux coupés repoussent à longueur et structure égales. C'est le nouveau membre qui se développe toujours dans le même sens et dans la même structure selon l'axe du corps.

Les hormones

Les hormones jouent un rôle d’une importance vitale chez les êtres vivants pour le développement de l’organisme. La glande hypophyse est la section du cerveau qui sécrète les hormones. On observe que chez les salamandres dont l’hypophyse a été enlevée du cerveau, la régénération est impossible. Cela signifie qu’une carence dans seule une partie de l’organisme rend l’ensemble du système dysfonctionnel. Autrement dit, les  caractéristiques  agissant comme un programme doivent être intacts pour la régénération d’un membre perdu de la salamandre. L’absence d’une seule de ses caractéristiques rend cet étonnant et parfait système dysfonctionnel.

Le hasard ne peut pas constituer ce système glorieux

Ce phénomène n'a pas d'explication du point de vue des darwinistes car ils avancent l'affirmation selon laquelle les êtres vivants auraient évolué par hasard. Ils prétendent que les caractéristiques des êtres vivants ont évolué progressivement dans un laps de temps de millions d'années. La réalité est que cependant, quel que soit l'être vivant que nous examinons dans la nature l’absence d’une seule des caractéristiques rend l’ensemble du système dysfonctionnel. Par conséquent, il est impossible pour une telle structure qu'elle ait évolué par hasard.

Par exemple, l'absence des nerfs ou de l'hypophyse de la salamandre dans son cerveau rend la régénération impossible. Tous les systèmes et les caractéristiques qu'Allah Tout Puissant a créés dans cet être vivant doivent être simultanément intacts. L’absence d’un seul d’entre eux le rend vain.  C'est Allah Tout Puissant, Qui avec Son infinie Puissance de création, encode ces traits dans chaque cellule de cet être vivant et donne toutes les caractéristiques qu'Il veut.

Notre Seigneur a créé des programmes qui fonctionnent parfaitement dans l'organisme de chaque être vivant. Si le système de la régénération était absent chez les êtres vivants, la vie serait impossible. Par exemple, le moindre mal survenant sur le corps humain pourrait conduire à une situation potentiellement mortelle Lorsque la peau est blessée, un processus d’entretien est lancé sur la surface de la peau et un système de défense particulier entre dans l’équation afin de protéger la peau contre les microbes et les infections. Si un tel système de défense parfait était absent du corps, ce dernier subirait une suite fatale d’incidents physiques.

Allah Tout Puissant a créé tous les êtres vivants avec leur système parfait

C'est Allah Qui créé avec Sa puissance supérieure, les êtres vivants à partir du néant et les tient à un équilibre particulier. Allah est al-Hayy, Celui Qui créé la vie et la mort. Il ne suffit pas pour un être vivant d'avoir tous son système intact pour être en vie. Tant que notre Seigneur ne donne pas la vie à un organisme, qui a tous ses organes intacts, cet organisme n'aura jamais de vie. La chair, les os, le foie et les autres organes réunis sont insuffisants pour la vie. C'est notre Seigneur, Allah Tout Puissant, Qui confère la vie à chaque molécule dans ses cellules.

Allah nous montre qu'Il est capable de créer des beautés infinies dans ce monde avec de tels exemples. Il nous fait méditer sur eux. Notre Allah Tout Puissant affiche également les lacunes de ce monde qu’Il a créées pour nous mettre à l'épreuve. Chaque exemple de création dans ce monde est un instrument de notre Seigneur qu'Il a créé pour nous faire penser à l'au-delà et à la supériorité de l'art d'Allah dans la création.

Notre Seigneur montre ces caractéristiques étonnantes des êtres vivants comme des signes de foi. Dans la sourate  al-Baqarah, verset 269, notre Seigneur déclare :

Allah donne la sagesse à qui Il veut et quiconque reçoit la sagesse jouira d’un immense bonheur. Mais seuls les êtres intelligents sont enclins à méditer et à se recueillir.

Pour que la sagesse survienne, la raison, un œil interne et un cœur sensible sont essentiels. Comme le dit notre Seigneur dans un verset, seuls ceux qui se tournent vers Allah peuvent évaluer ce qu'ils voient de manière indépendante et avec une conscience ouverte. Ils sont ceux qui tiennent compte  des êtres créés par Allah, saisissent la sagesse en eux et reconnaissent la vérité.

Posté par zulfikar à 01:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]